Festins imaginaires – Imaginary feasts

Anne Georget – 70 min

Logo Berlin Film Festival

Selection Berlin International Film Festival 2015

Festins imaginaires part à la quête de documents inouïs :
des carnets de recettes de cuisine rédigés dans les camps nazis, au Goulag et dans les camps japonais pendant la Deuxième Guerre mondiale. Rapportés des quatre coins du monde, ils sont soumis à la réflexion de philosophes, d'historiens, de psychanalystes, de neurologues. En quoi l’écriture de ces recettes a-t-elle pu constituer, à la lettre, une nourriture pour la chair et pour l’âme ?

Imaginary feasts explore the most amazing documents: notebooks filled with cooking recipes written by prisoners and deportees in Nazi concentration camps, in the Soviet Gulag and in Japanese war camps. Philosophers, historians, psychoanalysts, neurologists, etc. analyze and try to understand what those extraordinary 'imaginary feasts' written in the heart of the concentration system-meant. Food for body, food for soul? What do they tell us about our human condition?

Diffusion 2015 : Planète Plus, RTBF

En coproduction avec Neon Rouge, RTBF, CNRS images

Avec le soutien : Europe creative /Media-developpement, CNC, PROCIREP-ANGOA, Institut Alain de Rothschild, Fondation pour la Mémoire de la Shoah, DMPA et Mécénat 100 %

Distribution : Andana Films

En préparation : exposition Festins imaginaires
Work in progress: exhibition Imaginary feasts

Renaud Van Ryumbecke, au nom de la loi

Un film de Philippe Pichon – 2014 – 52 min

Portrait d'un juge qui dérange.
L'œil et l'esprit vifs, le rire facile sous une allure austère, la parole franche... Voilà l'homme. Intègre, méticuleux, déterminé, incorruptible....Voici le juge. Renaud Van Ruymbeke, qui a eu maille à partir avec les plus hautes instances – y compris judiciaires – de l’Etat, livre ici son idée de la Justice.
Entre des sessions de travail au piano et des moments de détente à la campagne, il lève le voile sur trente ans d'enquêtes judiciaires où il s'est confronté à la « dérive mafieuse » des pouvoirs industriels et politiques. De « l'affaire Boulin » à « l'affaire Clearstream », en passant par le financement des partis socialiste et républicain, il évoque, sans détour et pour la première fois, les faits marquant de sa carrière qui ont nourri ses réflexions sur l’état du « contrat social » et l'idée de citoyenneté, aujourd'hui.

Coproduit avec France 3 Bretagne et Vivement Lundi !
Diffusé sur France 3 National, France 3 Bretagne, Pays de Loire, Centre, Haute et Basse Normandie, Ile de France – Avec le soutien du CNC et de la région Bretagne

« Dans ce beau portrait que lui consacre Philippe Pichon, on découvre un Van Ruymbeke à l'ironie qui fait mouche. » Ouest-France

« Un documentaire d’un grand intérêt qui, outre une réflexion stimulante sur l’idée même de justice, offre une plongée dans une histoire des plus sensationnelles affaires judiciaires de ces trente dernières années. Une belle réussite. » En Envor

Les Fins de droits

Un film de Philippe Pichon – 2012 – 52 min

« Fins de droits ». Cette expression stigmatisante résonne comme la fin des droits à dire, à être entendu, à exiger, à espérer ; elle est malheureusement tombée dans le langage usuel des institutions. Le film montre comment une partie importante de la classe moyenne se paupérise insidieusement. Le réalisateur va à la rencontre de quelques uns de ces hommes et de ces femmes en « fin de droits », révélant la réalité de leur vie quotidienne : la perte de repères, le désespoir, les soucis matériels. Il les a rencontrés à Partage, la maison des chômeurs de Toulouse. Là, et là seulement, ces « Fins de droits » peuvent dire leur désespérance, exprimer leurs envies, tisser du lien social et trouver l’énergie pour reconstruire un projet professionnel.

Diffusé sur France 5 et Planète – Avec le soutien du CNC
Programmé dans les salles de cinéma indépendant du réseau Utopia, dans le cadre de « Projections-débats »

« Avec une belle humanité, Philippe Pichon suit trois chômeurs de la région toulousaine arrivés en fin de droit. Portraits sensibles de travailleurs blessés dans leur dignité. » Télérama

« Un film qui capte la vie sans chercher à capter un discours. Juste regarder, écouter. Dans ce climat de confiance, la parole est libre et tout ce qui est dit est passionnant. » La Gazette Utopia

Prisons, histoire d'une faillite

Un film de Philippe Pichon – 2010 – 55 min

Le film propose un tour d’horizon des politiques pénales et carcérales de ces trente dernières années pour tenter de comprendre la situation actuelle des prisons françaises, en « faillite ». Pour ce faire, il donne la parole aux bâtisseurs et aux pourfendeurs d’une législation qui est loin de faire l’unanimité.
Il dévoile aussi une autre dimension peu connue du système, inquiétante pour l’avenir : comme c’est déjà le cas aux États-Unis, le détenu français incarne une nouvelle source de profits extrêmement rentables pour quelques grosses entreprises privées...

Avec le soutien du CNC, de la Procirep et de l'Angoa – Diffusé sur France 5

Diffusé au musée Carnavalet dans le cadre de l'exposition « L'impossible photographie, prisons parisiennes (1851-2010) », Paris – Diffusé dans le cadre du spectacle 'Un homme debout' à la Maison des métallos, Paris – Sélectionné au Festival du film d'action sociale, Montrouge – Sélectionné au Festival des droits humains et des cultures du monde, l'Haÿ-les-Roses – Sélectionné au Printemps des philosophes, Ribeauvillé

« C’est la fête de France 5 ce soir, avec le bon docu de Philippe Pichon, Prisons, histoire d’une faillite, comme son nom l’indique... » Libération

« Condamner et enfermer. Surveiller et punir. Le passage par la case prison est-il toujours la réponse la plus adaptée en matière de lutte contre la délinquance ? Ce que réfute de manière très argumentée ce documentaire au parti pris tranché... » Télérama

Allô le 119, je vous écoute

Un film de Philippe Pichon – 2008 – 51 min

Des milliers d'enfants et d'adolescents vivent des vies qu'aucun adulte ne pourrait supporter et nous sommes loin d'imaginer ce monde parallèle, fait de souffrances physiques et psychologiques qui se se terre derrière des façades anonymes.
De ce monde s'échappent des SOS. Le 119, le téléphone d'urgence pour les enfants en danger, les repère et oriente les secours.

Pour la première fois en 19 ans d'existence, les psychologues, les juristes, les médecins du 119, sont filmés dans l'intimité de leurs conversations avec les victimes ou les témoins et au moment des décisions qu'ils prennent en urgence pour sauver un enfant.
Tous les ans, 10 000 mineurs sont suivis par les services sociaux des départements et 3000 sont placés sous protection judiciaire, après à un appel au 119.

Avec le soutien du CNC – Diffusé sur France 2

« En rendant viscéralement palpables les aspects les plus sensibles de ce travail d'écoute, ce documentaire nous permet de nous approprier les dilemmes et les questionnements de ces aiguilleurs de destins... » Télérama

En développement


La réparation

Un film de Philippe Pichon – 52 min


Mashrou Leila, un printemps musical arabe

Un film de Manuel Marniel – 70 min